Skip to content

Sport et douleurs : Lesquelles doivent vous alerter ?

Lorsque l’on pratique une activité physique, ou même lorsque l’on est inactif, nous pouvons ressentir des douleurs. Ces douleurs sont généralement bénignes. Mais d’autres peuvent être plus grave et doivent vous alerter. Quelles sont-elles et comment les reconnaitre ? Julie Le Calvez Coach Sportif Forme et Santé Domicil’Gym sur Fontainebleau et alentours vous éclaire sur le sujet du sport et des douleurs.

Sport et douleurs thoraciques

La douleur qui est à mon sens la plus grave et celle qui doit vous alerter et vous faire cesser toutes activités est la douleur thoracique. Passé 50 ans, le risque d’infarctus du myocarde appelé plus communément l’arrêt cardiaque est plus élevé. Cette douleur se traduit de différentes manières : douleur violente au milieu ou sous la poitrine, sensation d’étouffement, sensation de compression « comme un étau », fourmillement dans le bras gauche, parfois le droit, essoufflement au repos sans raison, etc. Ce sont les signes de l’infarctus. La 1ère chose à faire c’est d’arrêter immédiatement votre activité et d’appeler le SAMU (le 15) ou le numéro d’urgence (le 112). N’ayez pas peur de les appeler ! Au meilleur des cas, ce sera une fausse alerte. 

 

Les douleurs intercostales

Les douleurs intercostales et du diaphragme se ressentent lorsque vous essayez de prendre une grande inspiration. A ce moment là vous ressentez un blocage comme si on vous plantait une aiguille entre les côtes. Puis, vous vous pliez en 2. Ces douleurs passent relativement vite mais si elles persistent, il vaut mieux s’alerter car dans de très rares cas, elles peuvent être signe d’infarctus. Et surtout chez la femme.

L’AVC

Dans la même lignée, l’AVC ou l’Accident Vasculaire Cérébral, peut être reconnaissable facilement. Même si celui-ci n’est pas douloureux, il est intéressant de pouvoir l’identifier. Pour se faire, y a 3 points à vérifier : le visage est paralysé (demander à la personne de sourire) OU un membre reste inerte (demander à la personne de lever les 2 bras) OU la parole est troublée (demander à la personne de répéter une phrase). A savoir qu’un seul des 3 signes suffit pour appeler le 15 sans tarder car, dans ce cas-là, chaque minute compte !  

Sport et douleurs abdominales

Les douleurs abdominales peuvent également vous alerter. Ainsi, une douleur abdominale en bas à droite et une légère fièvre est signe de l’appendicite. Tandis que des brulures qui partent de l’estomac et remontent au niveau du buste sont signes d’ulcère. Ces dernières s’estompent lors des repas. Ensuite, une douleur irradiant le bas du ventre et l’aine accompagnée de douleurs intenses dans le dos sont signe de calcul rénal.  Dans ces 3 cas exposés précédemment, il faut vous rendre aux urgences.

Sport et douleurs articulaires

L’arthrose

Les douleurs récurrentes au dos pendant ou en dehors de vos pratiques d’activité doivent aussi vous alerter. Ce peut être de l’arthrose, sachez que toute personne après 50 ans (même vos coachs !) ont de l’arthrose mais celle-ci peut ne jamais se manifester douloureusement. L’arthrose est une destruction du cartilage, les douleurs sont très variables. Dans ce cas, il faut alors consulter son médecin. 

L’hernie Discale

Dans des cas plus sévères de douleurs du dos, il y a l’hernie discale qui se manifeste par des douleurs diffuses, et des fourmillements. Dans la même lignée que l’hernie, il existe une autre pathologie qui peut également vous toucher : le tassement vertébral.

Douleurs articulaires hors arthrose et hernie

Des douleurs localisées au niveau des autres articulations, souvent genou et épaule, peuvent être bénignes mais, encore une fois, si elles persistent plus d’une semaine, il est préférable de consulter son médecin.

Sport et douleurs musculaires

L’artérite

Des douleurs dans les jambes lors d’un effort (souvent lors de la marche en montée), ressemblant à des crampes et qui sont récurrentes doivent vous alerter. Elles peuvent être signe d’artérite. Et l’artérite est une obstruction d’une artère qui vient perturber la circulation sanguine et réduire l’apport d’oxygène aux muscles. Sachez que ces douleurs se calment rapidement au repos et reprennent lors de l’effort. Dans ce cas encore, Il vous faut consulter rapidement votre médecin.

La phlébite

Dans la même ligne, nous retrouvons la phlébite : quand un caillot de sang vient boucher partiellement ou totalement une veine. Si vous avez des varices, et qu’une veine devient apparente et douloureuse, il faut consulter et rester en alerte. Cela car, même si elles sont dans la plupart des cas bénignes, il peut arriver que le caillot se forme dans une veine profonde. Celui-ci peut ensuite se détacher et venir obstruer l’artère pulmonaire ou une de ces branches (situés au niveau du cœur). Dans le cas où ce phénomène se produit, c’est l’embolie pulmonaire.

Les courbatures

Attention aux courbatures ! Même si leur apparition est courante et sans gravité, il vaut mieux laisser ses muscles au repos, le temps que le corps répare les microlésions induites par l’entrainement.  Et dans le cas où vos courbatures sont vraiment douloureuses, n’hésitez pas à aller marcher pour diminuer l’inflammation.

Le nombre de douleurs et pathologies associées au sport sont très nombreux. Et, sauf si vous êtes médecin, évitez l’automédication et surveillez vos douleurs. Dans le cas où une douleur persiste plus d’une semaine et qu’elle vous semble « anormale », elle doit faire l’objet d’une consultation chez le médecin.  

Pour rappel, quelques numéros utiles : 

SAMU : 15

Pompier : 18

Urgence à l’étranger (UE) : 112 

 Urgence pour personne qui a des difficultés à parler ou à entendre : 114 

 

Partager cet article
Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur linkedin
LinkedIn
Partager sur whatsapp
WhatsApp
Partager sur email
Email

Nos dernières actualités